L’Accalmie dans la tempête : un point d’ancrage pour aller mieux

Certains d’entre nous vivent des moments où tout part à la dérive. Où on se sent désœuvré, en crise. Et dans ces moments-là, c’est important d’aller chercher de l’aide, par exemple dans l’une des maisons d’hébergement en santé mentale de la région, comme le Centre Accalmie. «La compréhension, l’intérêt qu’on a porté envers moi, l’écoute active: mon séjour m’a été d’un grand secours. Mon intervenante a été comme une bougie d’allumage pour moi», explique Louis, qui a trouvé de l’aide auprès de cet organisme alors qu’il vivait un épisode dépressif. Comment le Centre Accalmie aide-t-il les gens? On en discute avec Dominique Bouchard, directrice générale du Centre Accalmie et présidente du Regroupement des organismes communautaires et alternatifs en santé mentale de la Gaspésie—Îles-de-Madeleine (ROCASM-GÎM).

Le Centre Accalmie: c’est quoi?

Le nom Accalmie nous fait tout de suite penser à un moment de paix, où la lumière réapparaît et où des solutions éclairent les problèmes et les difficultés. Et c’est justement ce que souhaite offrir le Centre Accalmie: une maison d’aide et d’hébergement d’urgence pour les personnes en difficulté. Elle est située à Pointe-à-la-Croix, «dans un environnement calme, reposant, sur le bord de la rivière pour se déposer et se donner les moyens d’aller mieux», explique Dominique.

Le Centre Accalmie reçoit des personnes vivant avec «des problématiques de santé mentale, des dépendances, des situations familiales difficiles, des gens qui ont été judiciarisés, qui sont en situation d’itinérance ou qui vivent des troubles sévères et graves», précise la directrice générale.

La maison compte 8 lits et bénéficie d’une équipe solide de professionnels diplômés qui offrent du soutien, du support et de l’accompagnement.

Au Centre Accalmie, «on part du vécu de la personne pour lui offrir un espace pour explorer ce qu’elle vit et lui donner des outils pour que ça aille mieux. On a des pratiques alternatives et on essaie de toucher à toutes les sphères de la personne», explique-t-elle.

Garnir sa boîte à outils

Et si quelqu’un demande de l’aide au Centre Accalmie, à quoi peut-il s’attendre? «La moyenne des séjours est de 15 jours. Chaque personne a un intervenant désigné à son dossier et va le rencontrer de 4 à 5 fois par semaine, à moins d’une crise où là, ce sera plus souvent. La personne qui vient chercher de l’aide doit s’impliquer à 100%. On fait un plan d’action où elle doit déterminer ce qu’elle vient chercher au Centre Accalmie: ce qu’elle veut travailler ou éliminer de sa vie», mentionne Dominique.

Elle explique que le centre offre un cadre, une structure «pour retrouver de bonnes habitudes de vie. Tu as des discussions, des marches, des rencontres avec ton intervenant et des activités créatives».

Des ateliers de dessin ou de chant sont par exemple offerts aux personnes hébergées. «Il y en a pour qui ça leur parle beaucoup. On essaie différentes choses comme ça pour garnir le coffre à outils des personnes qui viennent en hébergement», indique-t-elle.

Le Centre Accalmie propose aussi une vie de groupe. «J’entends souvent des rires dans la maison. Les discussions de groupe et les activités font en sorte que les gens vont s’entraider entre eux. Ça fait aussi partie du processus d’échanger avec les autres, de connaître autre chose. Parfois, c’est au contact des autres que la personne va se dire: Ok, je vais me relever les manches, moi aussi je peux faire quelque chose de ma vie», ajoute-t-elle.

De l’aide qui rejoint les hommes

Au Centre Accalmie, le 2/3 des personnes qui viennent y chercher de l’aide sont des hommes. Pourquoi ça? «Je pense que les hommes viennent ici parce qu’ils ont un service rapide et du concret. Ils entrent en hébergement et on est vraiment dans l’action pour les aider à surmonter leurs difficultés. On va dire les vraies choses. On offre de l’écoute. On est dans la vie concrète. Les hommes nous disent: c’est l’fun parce que vous nous recevez sans jugements, on se sent accueilli comme on est», répond la directrice générale.

«J’ai eu beaucoup de témoignages de gens qui me disaient: si je n’avais pas eu le Centre Accalmie sur mon chemin, je ne serais plus là aujourd’hui. Ça parle beaucoup», confie-t-elle.

«Demander de l’aide, ça demande beaucoup de courage. Je le dis souvent: tu as le courage de frapper à notre porte, tu peux être fier de toi. Là, tu vas être accompagné, on est là pour t’aider à traverser cette crise-là», ajoute-t-elle.

Des stratégies pour prendre soin de soi

Accueillante, compréhensive et engagée, Dominique a clairement à cœur le bien-être des gens. On a donc demandé à cette spécialiste de la relation d’aide des trucs à appliquer au quotidien, tout simplement, pour prendre soin de soi-même et de notre santé mentale. Le site du Centre Accalmie propose quelques outils qui misent entre autres sur le loisir pour prendre une pause des problèmes quotidiens et se sentir bien. Suivre des cours gratuits de dessin, écouter de la musique agréable ou remplir un carnet de gratitude sont quelques exemples proposés.

Dominique présente aussi un outil qu’elle laisse à la disposition des gens au Centre Accalmie. Une petite carte, que vous pouvez vous aussi imprimer, découper, et laisser dans votre portefeuille. La carte mentionne quelque chose de capital à se rappeler: on n’est jamais seul. Peu importe où on se trouve, il y a quelqu’un de disponible pour nous écouter avec bienveillance, sans jugement. De l’aide gratuite et confidentielle est accessible en tout temps. Sur cette carte, on retrouve plusieurs des ressources d’aide, dont celles-ci.

Et bien sûr, si vous sentez en situation de crise, que vous avez besoin de retrouver des repères et un soutien pour aller mieux, n’hésitez pas à contacter le Centre Accalmie.

«Si jamais je sens le besoin de parler à quelqu’un de confiance et qui a une bonne écoute, je me fais une promesse à moi-même… j’appelle! Je sais maintenant qu’il n’y a aucune honte à aller chercher de l’aide si mes outils ne suffisent pas», témoigne d’ailleurs Mathieu, qui a eu recours aux services du Centre Accalmie.

De l’aide existe. Il y aura toujours une main tendue vers vous. Osez la prendre.

Pour en savoir plus sur le ROCASM-GÎM

Le Centre Accalmie n’est pas seul. D’autres organismes en santé mentale de la région offrent le même genre de services, ou des services complémentaires. Ils sont membres du Regroupement des organismes communautaires et alternatifs en santé mentale de la Gaspésie-Îles-de-Madeleine (ROCASM-GÎM). Parmi les 9 organismes membres, on retrouve des maisons d’hébergement et des centres de jour: le Centre Émilie Gamelin, le CRRI, le Centre communautaire l’Éclaircie, La Maison à Damas, La Passerelle et bien sûr, le Centre Accalmie. On y retrouve aussi l’organisme Droits et Recours Santé Mentale Gaspésie-Les-Îles ainsi que Nouveau regard, un organisme régional destiné aux proches de personnes atteintes d’un problème de santé mentale.

Pour en savoir plus sur le ROCASM-GÎM, vous pouvez visionner les vidéos de présentation sur cette page.

En savoir plus

Aider les pères et valoriser leur rôle

Un père qui se tient les bras grands ouverts devant son fils qui fait ses premiers pas. Un papa tout attentionné qui prépare le déjeuner à sa fille. «Ce sont des petits gestes du quotidien, comme ça, qui nous montre la beauté de notre travail», explique Mathieu Michaud, coordonnateur de la Maison Oxygène Haute-Gaspésie. Avez-vous déjà entendu parler de cette Maison Oxygène? Ouverte depuis 2021 et basée à Sainte-Anne-des-Monts, elle offre de l’aide aux pères en difficulté. Quels genres de services sont offerts? En quoi aide-t-elle les papas? Et quels conseils peut-on donner aux pères qui souhaitent créer davantage de liens avec leur enfant? On a rencontré Mathieu pour le savoir.

La Maison Oxygène Haute-Gaspésie, c’est quoi?

Quand on pense au nom «Maison Oxygène», on se dit que c’est un endroit pour reprendre son souffle, se poser les pieds, se redonner un élan. Et c’est un peu ça. Parce qu’à la Maison Oxygène Haute-Gaspésie «on accueille les papas avec bienveillance et respect. On écoute leur détresse. On évalue leurs besoins. On les accompagne dans les choses sur lesquelles ils veulent travailler, une par une», explique Mathieu.

La Maison Oxygène Haute-Gaspésie, «c’est une ressource d’aide et d’hébergement père-enfant. On a pour mission de consolider, maintenir et préserver les liens entre les pères et leurs enfants. On a des services d’hébergement, des services externes et des services connexes. Dans tous les cas, un père admis à la Maison Oxygène doit vouloir travailler l’aspect paternité dans sa vie», poursuit l’éducateur spécialisé. Comment ça fonctionne?

Trois façons d’appuyer les pères

«Pour les services d’hébergement, le nom le dit. On offre un toit: question que les papas ne perdent pas le lien avec leurs enfants. C’est souvent lors d’une séparation qu’ils arrivent chez nous, ou lors d’une éviction de loyer. Ça leur permet d’avoir un lieu pour recevoir leurs enfants. Parce que si le papa se ramasse sur le divan d’un ami, à ce moment-là, il y a de fortes chances qu’ils ne puissent pas recevoir ses enfants. À la Maison Oxygène, on a une chambre pour lui et des lits pour ses enfants. On gère 9 lits. On offre toutes les commodités: vaisselle, frigos, etc. Les papas font la cuisine eux-mêmes, sont responsables de leurs enfants», poursuit Mathieu.

«Pour les services externes, c’est varié. C’est en lien avec la paternité, les droits des papas. Souvent, les papas nous arrivent avec du courrier, ne savent pas trop comment s’y prendre, ne comprennent pas trop les démarches à effectuer. On les accompagne là-dedans: au niveau des pensions alimentaires, des allocations familiales, de la recherche d’emploi, etc. On les oriente vers les organismes du milieu. On fait de la référence personnalisée puis on les accompagne aussi. On va toujours au rythme du papa et à partir de son besoin à lui», continue Mathieu.

«Sinon, on a des petits services connexes. On travaille à valoriser le rôle du père, son importance dans la vie de ses enfants. On s’implique dans l’organisation d’activités comme la Course des papas qui a eu lieu en juin dernier, lors de la Semaine québécoise de la valorisation de la paternité, en collaboration avec d’autres organismes du milieu. L’été, nous recevons la visite depuis quelques années du projet Gespeg, de l’organisme CooPÈRE, de Montréal, qui travaille aussi à valoriser la paternité. Cet hiver, on a aussi des activités d’apprentissages par le jeu, qui s’appellent Avec papa, c’est différent, qui développent le lien père-enfant», complète-t-il.

Rouler le rouleau

Mathieu explique que plusieurs pères attendent d’être au bout du rouleau avant d’aller chercher de l’aide. Or, les intervenantes et intervenants de la Maison Oxygène les aident à «rouler le rouleau, retrouver leur équilibre, reprendre leur vie en main. Souvent, pour ces pères, les problèmes ont l’air d’une montagne, d’un éléphant à manger. On portionne ça en petits pots. On travaille là-dessus un petit peu à la fois puis, à un moment donné, on s’aperçoit que le gros de la job est faite, que les problèmes se règlent par petites bouchées», explique-t-il. L’accompagnement qu’il donne aux pères pour travailler sur eux-mêmes et sur leurs habiletés paternelles, il le décrit comme un outil: «moi, je suis le marteau, le papa, c’est le charpentier-menuisier».

Est-ce qu’on n’a pas tous, à un moment ou à un autre, besoin d’outils pour faire nos travaux? Alors, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide auprès de la Maison Oxygène. C’est ce que souligne Mathieu. «Souvent, pour un homme, demander de l’aide, c’est difficile. Nous, on essaie d’apprendre aux papas d’avoir l’humilité de demander de l’aide. Notre slogan, c’est: Demander de l’aide, c’est courageux. On veut défaire ce mythe-là de l’homme qui n’a pas besoin de personne. Sèche tes pleurs: ce n’est pas dans notre discours. Au contraire. Permets-toi de pleurer, d’avoir accès à tes émotions, cesse d’accumuler», poursuit Mathieu.

À la Maison Oxygène, «on voit de belles réussites. L’année dernière, on a eu deux placements d’enfants évités parce que les pères ont travaillé sur eux-mêmes», souligne le coordonnateur, qui trouve beaucoup de valorisation dans son travail à voir les pères progresser et s’engager dans la vie de leurs enfants.

Un père, c’est important

Et pourquoi est-ce que la Maison Oxygène Haute-Gaspésie met l’accent sur l’importance du lien père-enfant? Parce que «le lien père-enfant, c’est aussi important que le lien mère-enfant. L’enfant observe et apprend des comportements de papa et de maman, l’un comme l’autre», répond Mathieu.

De récentes études expliquent les bienfaits de l’engagement des pères dans la vie de leurs enfants. On parle de bénéfices au niveau des habiletés cognitives (par exemple: de meilleurs résultats scolaires), langagières (par exemple: le développement du vocabulaire) et socioémotionnelles (par exemple: une diminution de l’anxiété).

Mathieu l’observe, les pères s’investissent de plus en plus. «Je suis fier des papas gaspésiens. Apparemment, les papas sont tous présents dans les dernières cohortes des cours prénataux ici, en Haute-Gaspésie. On voit aussi davantage de papas avec des sacs à couches, qui donnent des soins à leurs enfants. Je pense que: plus il y aura de pères engagés qui seront vus et valorisés dans la société, plus ça va donner le goût à d’autres pères de s’investir», ajoute-t-il.

Comment créer plus de liens avec son enfant?

Pour finir, on a demandé à Mathieu de partager ses trucs. En tant que père: comment créer des liens plus forts avec notre enfant?

«Ce n’est pas sorcier. Pour développer un lien, il faut passer du temps avec ses enfants. Un truc: raccrochez, déposez votre téléphone et jouez avec vos enfants. L’apprentissage par le jeu père-enfant, c’est winner. Puis, il y a les soins de base accordés aux enfants: changer la couche, brosser les cheveux, la routine du dodo: la berceuse, lire une petite histoire. Voilà de petits trucs pour développer des liens. C’est aussi d’être investi dans la vie de votre enfant: aller à la rencontre scolaire des bulletins, accompagner vos enfants dans leurs activités parascolaires: les encourager à l’aréna si votre enfant joue au hockey ou fait du patinage artistique. Ça aussi, ça permet d’entretenir des liens», explique-t-il. Les pères présents et engagés se rendent comptent à quel point tisser des liens avec leur jeune est important. Être père, c’est la plus grande aventure d’une vie. Une expérience unique. Enrichissante. Incomparable.

Les pères sont des modèles pour leurs jeunes. Être là pour ses enfants, mais aussi savoir demander de l’aide quand on en a besoin: n’est-ce pas la meilleure façon de jouer ce rôle?

Besoin d’aide ou d’information? Contactez la Maison Oxygène Haute-Gaspésie.

 

En savoir plus

Vivre sa vie à son meilleur quand on est agriculteur

Et si on prenait un instant pour se rendre compte des petites victoires du quotidien? Si, «au lieu de voir tout ce qu’il y a à faire, on voyait aussi ce qu’on a fait, les accomplissements qu’on a été capable de réaliser dans la journée ou dans la semaine»? C’est l’une des astuces que nous propose Audrée Bourdages, d’Au cœur des familles agricoles, pour être plus satisfait de soi-même et pour se sentir bien. Travailleuse de rang en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, Audrée nous parle de l’accompagnement qu’elle offre et partage quelques conseils pour vivre la vie à son meilleur.

Travailler dans un rang?

Au cœur des familles agricoles, ça vous dit quelque chose? «C’est un organisme provincial présent dans la plupart des régions administratives du Québec. On vient en aide aux agriculteurs, aux agricultrices et à leur famille pour favoriser leur bien-être et leur santé mentale. Nos intervenantes et intervenants sont là pour les aider à trouver un meilleur équilibre de vie à travers ce que ces gens vivent dans leur métier», explique Audrée. Travailleuse sociale de formation, Audrée a grandi sur une ferme laitière. En tant que travailleuse de rang, c’est elle qui offre les services d’Au cœur des familles agricoles dans notre région depuis l’automne 2021.

Mais qu’est-ce que ça fait, une travailleuse de rang? «Mon rôle est très large. Ça dépend vraiment des besoins de chaque personne que j’accompagne. Ce que je vise, c’est mettre la priorité sur l’humain derrière l’entreprise agricole. Parce que souvent, les agriculteurs et les agricultrices sont des gens super dévoués envers leur métier; ils vont mettre toutes leurs énergies sur leur entreprise; et ils ont tendance à s’oublier un peu. Si j’arrive à ce que la priorité soit ramenée sur eux, sur leurs besoins individuels, ça sera mission accomplie. Et ça se fait de plusieurs façons. Je peux offrir du soutien individuel; on discute des situations vécues puis on essaie de trouver des solutions ensemble. Parfois, le processus implique aussi des rencontres familiales. D’autres fois, ça peut impliquer d’orienter les gens vers d’autres ressources, par exemple: des comptables, des conseillers agricoles ou des professionnels du réseau de la santé et des services sociaux. On est un peu la porte d’entrée pour la population agricole. En plus, ce qui nous distingue, c’est notre flexibilité et notre volonté d’offrir des services adaptés. Je me rends sur les fermes. S’il y a une personne qui me reçoit et qui est en train de faire sa besogne ou qui est dans son tracteur, bien, je vais avec la personne et on discute pendant qu’elle travaille», explique Audrée.

Des conseils pour se sentir bien

Vous êtes vous-même un agriculteur? Ou encore, vous avez des proches qui travaillent dans le milieu agricole? On a demandé à Adurée de nous partager un autre de ses trucs bien-être. Elle répond qu’une des astuces qu’elle donne souvent, c’est de «ralentir le rythme quand la saison le permet». Parce qu’il arrive que les producteurs et productrices agricoles mettent les bouchées doubles dans l’espoir d’avoir «de vraies vacances, entre guillemets, comme les gens de la population en général», qui finalement, ne se réalisent pas. Alors que, «profiter des moments plus calmes pour ralentir, ça peut être un bon moyen de prendre soin de soi. Ça peut avoir autant d’effets bénéfiques que quelqu’un qui s’en va en vacances quelques jours. Ça permet aux agriculteurs et agricultrices de se préserver dans leur métier devant la grande charge de travail à accomplir au quotidien», explique-t-elle.

Mais quoi faire si, à un moment donné, ça ne va plus? «C’est sûr que les conseils de base qui s’appliquent à la population en général s’appliquent aussi aux agriculteurs. Je pense, entre autres, à l’importance d’avoir un réseau social, des gens autour de nous qui nous offrent du soutien. Quand ça ne va pas, c’est toujours aidant de pouvoir discuter avec quelqu’un en qui on a confiance. Sinon, l’autre chose qui me vient à l’esprit, c’est certainement d’appeler Au cœur des familles agricoles. C’est une bonne solution parce que ça permet d’avoir une réponse rapide. Il y a un intervenant qui est responsable de la ligne de téléphonique. Donc, même si moi, je ne suis pas disponible pour répondre au téléphone, les producteurs agricoles peuvent parler rapidement à quelqu’un. Ce service-là est accessible de 8 h à 20 h, du lundi au samedi. Parfois, juste de pouvoir ventiler, d’exprimer ce qu’on ressent, puis d’amorcer une réflexion avec quelqu’un de neutre, ça peut être aidant. Après ça, c’est sûr que si la personne veut un suivi, la demande va m’être acheminée si elle se trouve en Gaspésie ou aux Îles-de-la-Madeleine», répond Audrée.

Au cœur des familles agricoles a aussi une maison «à Saint-Hyacinthe, ouverte à tous les agriculteurs et à toutes les agricultrices de la province. Pour y avoir accès, il faut préalablement avoir discuté avec la travailleuse de rang qui évalue la situation», ajoute Audrée. Séjourner dans cette maison, c’est une occasion d’avoir un répit. «Généralement, ce sont des séjours qui commencent le lundi et qui se terminent le vendredi. Il y a une intervenante sur place qui accompagne la personne en répit et qui fait des rencontres quotidiennes pour lui permettre de prendre un pas de recul et de réfléchir à certains enjeux qu’elle rencontre. Souvent, les producteurs et productrices agricoles vivent de l’épuisement ou des remises en question, que ce soit au niveau professionnel ou personnel. Séjourner là-bas, c’est super reposant et c’est généralement bien apprécié des gens qui en bénéficient», poursuit Audrée.

Parler du bien-être des hommes, c’est important

Au cœur des familles agricoles vient en aide autant aux clientèles féminines que masculines. Pourtant, «il y a encore énormément de tabous par rapport à la santé mentale chez les hommes», pense la travailleuse de rang, qui s’implique aussi à la Table de concertation sur les réalités masculines GÎM. Selon elle, il faut travailler à déconstruire certaines croyances (par exemple: les hommes doivent toujours s’arranger par eux-mêmes). Elle explique à quel point un appui et un accompagnement personnalisé peuvent faire une grande différence dans la vie des personnes qu’elle rencontre. «Un coup que l’étape – pas toujours facile – de la demande d’aide est franchie, qu’on a créé un lien de confiance, puis que la personne s’ouvre, ça laisse tellement de la place à de belles réussites». Audrée ajoute que «les gens sont super reconnaissants», parce qu’ils trouvent des solutions auxquelles ils n’auraient pas nécessairement pensé seuls, une aide adaptée à leurs besoins, un coup de pouce pour aller mieux.

Quoi retenir? Qu’il ne faut pas hésiter à chercher du support quand on vit des difficultés. Les services d’Au cœur des familles agricoles sont gratuits et confidentiels. Et ils peuvent faire une grande différence. Alors si vous sentez que ça ne va pas, ne restez pas seuls avec vos problèmes. Parce que demander de l’aide, c’est fort.

Pour en savoir plus ou pour contacter Au cœur des familles agricoles, visitez son site Web.

En savoir plus